Le Fabuleux destin d'Anne Quéméré

publié le jeudi 18 décembre 2008 à 13:52 par mercier133

COMMUNIQUÉ du 18/12/2008

 

© ADAM Stéphane

Incroyable histoire que celle de l'aventure de la Quimpéroise Anne Quéméré, partie le 4 novembre de San Francisco pour une traversée du Pacifique en Kite et en solitaire. Coup de théâtre le 10 décembre : des vents contraires et un matériel endommagé contraignent la navigatrice à l'abandon. L'histoire aurait pu s'arrêter là si un cargo n'était pas venu à son secours. C'est le début de « L'aventure dans l'aventure », comme le résume si bien la Bretonne. Cap maintenant sur New York.

 

Point de rupture
36ème jour de course pour Anne Quéméré. Elle vient de parcourir 3500 kilomètres dans l'océan Pacifique, elle se trouve en plein Pot au noir, juste à la moitié de son périple. Un Pot au noir qui ne l'aura pas épargnée ; les calmes succèdent aux incessantes trombes d'eau. Après s'être battue pendant près de 10 jours, le constat est amer pour la navigatrice. Non seulement elle ne gagne pas un mille, mais en plus elle en perd, la faute à un vent de sud qui ne cesse de forcir. Anne Quéméré perd en une nuit les milles accumulés en une semaine. C'est la goutte d'eau. Elle jette l'éponge. Pas la peine de revenir sur la difficulté d'une telle décision.
L'alerte est lancée. Les équipes du CROSS du Cap Gris-Nez prennent en main les opérations. Un cargo Hollandais se déroute vers Anne et son OceanKite. Quelques heures plus tard la navigatrice embarque à bord du porte-conteneurs, laissant malheureusement son embarcation à la dérive.

En sécurité sur le cargo
L'accueil est plus que chaleureux. Les 26 hommes à bord se démènent pour prendre soin de cette nouvelle pensionnaire. Changement d'ambiance pour celle qui sort d'un isolement de plus d'un mois. Anne Quéméré est épuisée physiquement et mentalement. « Je m'étais déshabituée tout simplement de parler. » explique-t-elle après coup. La navigatrice qui s'était habituée pendant 36 jours à l'étroitesse de son embarcation, n'arrive plus à se mettre debout. « Les médecins étaient un peu inquiets. Cela faisait un peu plus d'un mois que je ne m'étais pas tenue en position debout. » L'équipe médicale à bord va se faire une priorité de l'état de santé de la Française.
Après une semaine à bord, Anne Quéméré a bien récupéré. Une séance quotidienne de gym lui permet de remuscler ses jambes.

Cap sur New York
Le bateau atteint les côtes panaméennes le 16 décembre, mais sa destination finale est en fait New-York. Un heureux hasard pour les uns, un signe pour Anne Quéméré. Sa fille habite New York et le cargo prévoit d'y arriver la veille de Noël, le 23 décembre. Le commandant de bord voudrait pouvoir garder à son bord la Bretonne. Mais encore faut-il pouvoir trouver un accord avec les douanes américaines. Et la flexibilité des douanes américaines, Anne Quéméré en a fait l'expérience après avoir attendu pendant près de 10 jours à San Francisco de pouvoir récupérer son bateau.
C'est donc « très discrètement » que la Quimpéroise traverse actuellement le Canal de Panama à bord du porte-conteneurs.

Encore une semaine à bord du cargo avant de rejoindre la terre ferme. Pas vraiment d'impatience en ce qui concerne la navigatrice qui profite pleinement de cette « période de transition » pour faire le point sur son aventure.

 

Photographie : © ADAM Stéphane
Source : Rivacom

Réagir / Poster un commentaire

Partager cet article:

Envoyer par e-mail Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur MySpace Partager sur Google Plus d'options de partage...

Tags associés :

Anne quéméré

Contenu similaire

robots