Le Défi Adrien - Anne Quéméré

publié le lundi 17 novembre 2008 à 22:08 par mercier133
COMMUNIQUÉ du 17/11/2008

Voilà maintenant 13 jours que la navigatrice Anne Quéméré a entamé sa traversée du Pacifique : le Défi Adrien. Anne a déjà parcouru 1920 kilomètres (3555 milles) c'est-à-dire plus du tiers de la distance totale. Mais rien n'est joué. En effet, cela fait deux jours qu'Anne n'avance plus, encalminée dans une bulle d'air. Et elle n'a pas encore atteint la zone tant redoutée de convergence intertropicale. La navigatrice profite de cette période de calme pour procéder à ces premières observations pour le compte d'Océanopolis.

 

Douces latitudes
Ce sont 1920 kilomètres qui séparent Anne Quéméré de San Francisco, point de départ du Défi Adrien. La Quimpéroise vogue actuellement au large de Mexico et la température à bord s'adoucit : « Je me retrouve dans des latitudes plus agréables que celles du départ », explique Anne. « Il commence à faire bon, environ 22 degrés ce matin. Je ne souffre plus du froid, moins de l'humidité et de la mer formée qui m'accompagnait au début. C'est un nouveau rythme. »
Depuis deux jours, la patience de la baroudeuse est mise à rude épreuve avec la traversée d'une bulle sans air. Pas de quoi effrayer cependant une Anne Quéméré plus qu'imperturbable.

"Un pied dans le néant"
L'atmosphère à bord de l'OceanKite semble pour le moins, étrange. Rien ne filtre à l'horizon qui semble même, parfois, disparaître. Mais Anne paraît plus sereine que jamais et l'heure est à la contemplation : « Immobilisée au-dessus de l'eau, encalminée dans la pétole depuis deux jours maintenant, je contemple cette vaste étendue qui m'entoure et qui pour l'instant ressemble à un miroir. Pas la moindre ride ne vient le troubler, rien ne bouge autour de moi. Le ciel reste très couvert et la frontière avec le gris de l'océan est à peine définie. J'ai comme l'impression d'avoir mis un pied dans le néant. »
Selon les prévisions de Jean-François Bonnin de MétéoStrategy, la situation devrait cependant s'améliorer à partir de mercredi 19 novembre : « Un flux semble vouloir se rétablir d'une façon régulière avec un vent de secteur Nord Est de 10/12 nœuds. »

La chasse au plancton
Océanopolis, partenaire d'Anne dans son expédition avait fait embarquer à bord de l'OceanKite du matériel d'observation des écosystèmes marins. Un matériel que la navigatrice a mis à contribution hier : « Plutôt que de ronger mon frein inutilement, j'en ai profité pour sortir pour la première fois le matériel prêté par Océanopolis et devant me permettre de récupérer du plancton et autres larves. J'ai passé de longues heures à lancer et relancer mon filet de pêche. Au tout début, j'ai eu l'impression de ne ramener que de l'eau de mer et puis, mon regard est devenu plus perçant. J'ai observé qu'il y avait pas mal de vie autour de mon embarcation. Comme quoi, il suffit parfois de s'arrêter et de prendre le temps de regarder... Un luxe qui n'est pas donné à tout le monde. »

Impossible pour l'heure d'établir une date d'arrivée approximative à Tahiti. Tout dépendra du passage du fameux Pot-au-noir, zone de convergence intertropicale, qu'Anne Quéméré devrait atteindre d'ici une bonne dizaine de jours.

Source : Rivacom

Réagir / Poster un commentaire

Partager cet article:

Envoyer par e-mail Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur MySpace Partager sur Google Plus d'options de partage...

Tags associés :

Anne quéméré Défi adrien

Contenu similaire

robots